Le journal de Sylvian Coudène.
Humeurs, humours, musiques, cinéma, et autres libertés provisoires.
"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)

samedi 31 janvier 2009

Evolutions

Sur mon article relatant la "manif" de Paris, ce commentaire :
"Toujours motivé, le Coudène !
Je t'envie.
T., antibois trop résigné."

Je répondrai par ce texte d'une chanson de Miossec :

C'est drôle de voir ce que nos pensées sont devenues
On était tellement de gauche
Aujourd'hui on ne sait plus
On compte les plaies, les bosses
Tout ce qu'en marche on a perdu
On se dit que de toute façon l'histoire est moche
Ce qui n'était pas gagné d'avance est désormais perdu
Alors on laisse les mains dans nos poches
Même plus envie d'avoir le poing tendu
Les illusions au fond de la sacoche
De l'étudiant que depuis longtemps on n'est plus
On ne pense plus qu'à notre poste
Là où on est prêt à se battre à mains nues
Car on pense au loyer, à la femme et aux gosses
A notre honneur et à tout ce qu'il a fallu
Comme coups bas, comme ripostes
Contre des collègues qui vous tuent
Et les nouveaux qui reluquent votre poste
Comme si ce n'était pas pour vous ce beau statut
Alors ils essayent de vous faire gicler du socle
Par les moyens les plus tordus
A essayer de vivre comme si de rien n'était
On se fait un beau jour rattraper par la marée
A essayer de vivre comme si de rien n'était
On se fait un beau jour rattraper par la marée
Et quand vous apprenez un jour pas la poste
Que de vous, de vous on ne veut plus
Vous repensez alors au cocktail molotov
Ca ne serait pas arrivé si on s'était battu
Mais c'est trop tard pour que l'on rechausse
Les vieilles idées que l'on croyait perdues
C'est désormais bon pour les gosses
Allez les enfants, foutez le raffut

Bon, allez, bon weekend !

4 accords pour un "tube".

Etonnant : le groupe australien The Axis of Awesome démontre par cette vidéo "live" qu'une suite de 4 accords, toujours la même, peut générer un nombre impressionnant de tubes.
Ce que je démontre habituellement à mes élèves avec le fameux "anatole" (do-lam-fa-sol).

video

CQFD

De chausses et d'autres.

Supplice de la roue en Place... de Grève !

Entendu dans la manifestation, jeudi, cette charmante jeune fille :
-Mais qu'elle idée j'ai eue, moi, de mettre des escarpins !
Adorable.

U
n sondage (pour un journal "libéral") montre un retournement dans l'opinion :
52% des sondés sont contre "la suppression des allocations chômage pour les chômeurs qui refusent plus de deux emplois" (46% pour) et 51% contre "la suppression des 35 heures" (46% pour).
Il y a quelques mois, les sondés disaient le contraire.
Depuis que la crise donne ses premiers résultats, ça balise sec.

Michael Steele, ancien gouverneur adjoint du Maryland, est le premier Noir à être élu président du parti républicain.

Où va se nicher l'effet Obama...

Je me demande qui a été assez con pour souffler à ce Karoutchi de faire son "coming out".
Enfin, j'ai bien ma petite idée ; mais à une époque où on mute les préfets et les chefs de la police parce que des mécontents ont hué le roitelet (et même, dit-on, balancé des chaussures sur son passage !), on a des raisons d'être un peu parano.
Ce Karoutchi, sans doute candidat aux "régionales" à venir, est donc homosexuel et "quelqu'un" a estimé que de nos jours , coco, c'était hyper-tendance, tiens, regardez Delanoë le succès qu'il a !
De sacrés experts, ces conseillers qui, se grattant la tête jusqu'au sang, ont dû déduire la chose suivante : bon, le gars est con, flagorneur, limite facho, lèche-bottes bien en vue à la cour, mais c'est tout ce qu'on a trouvé sur lui.
Le seul truc qui reste pour le mettre un chouïa en valeur, c'est de lui faire faire son cominegoute, que ça va bien faire gagner deux ou trois voix de bobos du Marais où ça vote largement à gauche.
Quelque chose me dit qu'en des régions où règne moins de tolérance, le Karoutchi aurait été plus discret.

Un pauvre type vient de se faire serrer, avec GIGN à la maison, garde à vue et tout et tout pour avoir envoyé des menaces de mort par mail à notre vénéré ("vénère" ?) président, ce qui est hautement condamnable, j'en conviens.
Le gars a mis l'acte délictueux sur le compte de l'alcool : il était complètement bourré au moment où il a tapoté ses menaces sur son clavier.
Le pompon, c'est que notre ivrogne avait voté Sarko en 2007 !
Je propose qu'en 2012, on installe des buvettes gratuites devant les bureaux de vote.
Allez, je mets la mienne !

On rigole, mais depuis quelques mois, entre chefs de flics sanctionnés (l'affaire Clavier, Saint-Lô...), et prise en mains des médias publics, le roitelet remet au goût du jour les lettres de cachet. Ainsi, pas besoin de menaces de mort pour se retrouver devant les tribunaux : une inscription sur un t'shirt, une affiche, une colère exprimée en termes bien sentis peuvent vous valoir dépucelage de casier judiciaire !
Jeudi dernier dans les cortèges, il y avait matière à des centaines d'interpellations.
L'autre jour, je ne sais plus quel "intello" (espèce particulièrement haïe en sarkozie) disait qu'on allait vers une "démocratie totalitaire".
Fait frisquet, non ?

vendredi 30 janvier 2009

La couleur pourpre

Petits travaux de rénovation de la gazette.
De temps en temps, vive le changement !

Libérez Jean Roucas !

Devant le théâtre, Fromet, Courivaud, Guerdon.

Hasard extraordinaire, quand j'arrive à hauteur du Caveau de la République en hurlant "la caissière, avec nous !", je tombe nez à nez sur Christine Guerdon et Alain Courivaud.
Frédéric Fromet est là, lui aussi.
J'envahis le bureau directorial pour faire une photo de la place.
Nous "descendons", accompagnés d'Hugues Leforestier pour boire un café.
Devant l'entrée des artistes, une dizaine de jeunes hurlent "les intermittents, avec nous !".
Quand nous ressortons, le groupe se met à gueuler : "Libérez Jean Roucas ! ".
Ils scandent ce slogan surréaliste en rejoignant la manif.

Instantanés

Belle.

Les socialistes enfin en masse dans une manif !

Je vois un amas de micros et caméras, sans voir ce que je "shoote",
je tends le bras : fruit du hasard.

16 heures : venant de Bastille, la foule arrive Place de la République.

Photos copyright, R, trademark etc. SylGazette.
Tous droits réservés pour tous pays, y compris la Principauté de Monaco.

Cris du coeur

Tant pis pour la faute...





Photos copyright, R, trademark etc. SylGazette.
Tous droits réservés pour tous pays, y compris la Principauté de Monaco.

Personne ne s'en aperçoit !

Hier, les français ont massivement exprimé leur colère à la face d'un pouvoir arrogant, méprisant, mettant un crochet du gauche à une droite qui gère la crise en ignorant les plus démunis et se tire une balle dans le pied en se mettant à dos les "classes moyennes" où le sarkozysme clinquant recruta en 2007 une bonne partie de ses électeurs.
J'ai, comme des centaines de milliers de français, battu le pavé parisien en cette après-midi sous un beau soleil d'hiver.
J'ai joué des coudes dans cette foule compacte, bloqué comme des milliers à hauteur du Déjazet au moment où la Place de la République se noircissait d'une armée en grogne venue de la Bastille.
J'y croisai des vieux, des gamins fiers de pouvoir crier leur angoisse de l'avenir, entendu, amusé, un vieux syndicaliste de la CGT apostropher un militant d'un "alors, les socialos, on est de retour ?" sous des bannières frappées de la rose au poing ; j'ai discuté avec une dame d'un âge certain, habillée comme pour une sortie au spectacle, qui me confiait "c'est ma première manif, mais vous savez, on n'en peut plus !".
Je n'ai pas senti de haine.
Juste une immense envie de "lui" dire : tu vois, on est là, tu t'en aperçois maintenant, dis ?!

Photo copyright, R, trademark etc. SylGazette.
Tous droits réservés pour tous pays, y compris la Principauté de Monaco.

jeudi 29 janvier 2009

Ceci est un authentique "Hot Dog" :

Grève

Nos représentations au Caveau sont annulées ce jeudi.
On râle pour nos cachets, mais on est solidaires pour la majorité d'entre nous.

La manifestation démarre à 14 heures de la Bastille pour se dérouler jusqu'à l'Opéra Garnier.
Je prends mon Lumix !

Courrier des lecteurs (encore !)

Reçu par mail un commentaire sur Burn After Reading dont il est question plus bas.
Ce courrier émane de mon co-spectateur, piqué au vif par mon propre commentaire quant à sa réaction.
Ce "frères Cohen"-ci est inégal effectivement et le parti-pris des deux co-réalisateurs de nous égarer pendant la première partie est discutable, c'est vrai.
La phrase que j'ai prononcée lors du générique de fin, et que je ne rapporterai pas ici pour ne pas "spoiler", résumait la constatation : tout ça pour ça !
Mais bon, les acteurs sont épatants, on ne s'ennuie pas, et c'est parfait pour un lundi marqué par un début de journée pas agréable.

Les Cohen, s'accordant ici une "pause", ont, je cite pour mémoire, écrit et réalisé, entre autres, "Barton Fink" "Miller's crossing", "Fargo", "The Barber", "The Big Lebowski" et "No country for old men".
Ce qui n'est pas rien.

Courrier des lecteurs

Jonathan Rhys Meyers dans Velvet Goldmine

Sur un récent billet concernant le film Velvet Goldmine, un lecteur fidèle appose un commentaire que je vous livre tout cru :

"Urgence" ... Ok Sylvian, mais de quoi ? J'ai trouvé le film (offert par la mère de mes enfants) insupportable à tous égards. Donc, cher rédacteur en chef et unique contributeur de ce blog incontournable : si tu as aimé, développe plizz. Je suis curieux de savoir ce que tu as trouvé de bien dans cette ... chose. Peut-être un petit goût de madeleine (rance), ce serait ton coté fleur bleue ... j'admettrais alors. Mais objectivement (vu du haut de ma subjectivité ... donc sommet d'objectivité), c'est très mauvais.
Carl"

J'adore ce genre de réaction sur le mode "éruption cutanée".
Que Carl se rassure, j'avais également trouvé ce film "mauvais" lors de sa vision en salle.
Alors, tonitrue Carl que j'entends d'ici, pourquoi se précipiter ?
Le cd de la b.o, excellente, elle, est épuisé.
Le dvd va l'être sous peu et j'ai, je te l'annonce, raflé le dernier exemplaire à bas prix à la fnaque pour ma collec.
J'ai, je l'avoue, une faiblesse de midinette pour l'acteur principal.
La période "glam rock" évoquée correspond effectivement à mes premières années de D'J sur la Côte, et, hormis Bowie, je détestais cette musique !
Il y a donc de fait, comme Carl l'a perçu, un petit goût de madeleine rance.
Bien vu !

mercredi 28 janvier 2009

Autoportrait

Tous droits réservés pour tous pays y compris l'URSS.

Mangez bio !

Hit Parade



Elle, je l'aime !

Brad Pitt étonnant

Dans ce film des frères Cohen, projeté en exclu au SylPalace (Blu Ray Zone 1) lundi dernier, Brad Pitt compose un personnage clownesque à cent lieues de ses rôles précédents.
Certes, il ne s'agit pas du meilleur film des frères Cohen, mais on se régale à suivre cette histoire rocambolesque, loufoque, que mon co-spectateur abonné a qualifié d'étrange.
Etrange, l'ami, tous les films des Cohen le sont, de "Fargo" à "No country for Old men" en passant par "The Big Lebowski", cultissime.
Et c'est bien pour ça qu'on les aime.

Urgence

Pratiquement épuisé : je me précipite !

Attention aux couacs, il veille

Mademoiselle Dati prépare son départ


mardi 27 janvier 2009

Cadeau !

Vous n'en pouvez plus ?
SylGazette vous offre ce petit cadeau qui fait du bien :

video

Merci qui ?

Colonne Morris

(Envoyé par Jean Roucas)

Gérard Blanc

Dans les années 70 réussirent à s'imposer quelques groupes pop-rock ayant choisi de chanter en français : les plus novateurs furent sans doute "Zoo","Ange", et, bien sûr Magma, sous la férule de Christian Vander.
"Triangle" était composé de ce que l'on appelait (à tort ?) des "requins de studios" ou de jazzmen ayant fait un pas sur les chemins de la "variété" sans doute pour des raisons alimentaires (François Jeanneau entre autres).
"Martin Circus", dont Gérard, le chanteur, vient de disparaître, connut le succès au "hit parade" avec "Je m'éclate au Sénégal" qu'on entendait en boucle dans les clubs.
Par la suite, le groupe dans ses diverses moutures ne produit plus que des chansons visant uniquement la faveur du public, dont un "Marylène" en "cover" des Beach Boys également connu sous le titre "Babybeeel".
Le groupe dispersé, Gérard Blanc poursuivit une carrière solo avec un seul (énorme) "tube", "Une autre histoire".
On se souviendra d'un look d'un autre temps, très "glam rock", et surtout, pour ma part, de cette "éclatade" :


Pont

Drame sans mélo

Le seul dimanche vierge de toute représentation avant longtemps m'a permis d'aller voir le nouveau film de Sam Mendes au Gaumont Opéra (ex-Paramount) dont je recommande la salle 3 pour la qualité du son et de l'image et... pour l'ouverture du double-rideau "à l'ancienne".
Avant que Gaumont reprenne la salle, elle était devenue temple du "blockbuster" en lieu de rendez-vous pour une jeunesse peu angélique ; le citoyen lambda -et le cinéphile encore moins !- évitait d'y mettre les pieds.
La nouvelle direction a trouvé le truc tout bête pour changer de clientèle : la v.o pour tous les films étrangers.

Mendes est le réalisateur de "American Beauty" film préféré de beaucoup dans une génération récente, de ces "Sentiers de la perdition" qu'il convient de revoir pour le hisser à son vrai niveau.
Récemment, il livra sa vision scénique d'un "Cabaret" formidable dont j'ai dit ici le plus grand bien (il y a un lien "spectacles" à droite ; ne croyez pas que je vais tout faire pour vous !).

Ce Revolutionary Road, pour une fois préféré au titre français qui en dit trop, aurait pu glisser sur les pentes battues du "mélo" ; c'est en virtuose que Mendes évite tous les poncifs pour nous narrer le destin d'un couple dans l'Amérique des années 50.
La narration est efficace qui ne laisse rien pressentir du drame final, en un subtil crescendo qui évite le piège possible : distiller l'ennui chez le spectateur.
En d'autres mains c'eût été inévitable.
Ici, conduit de manière experte, le scénario au petit point ne nous lâche pas une minute, porté par une distribution imparable, en tête de laquelle Kate Winslet confirme si besoin était son immense talent.
Son partenaire, ce cher Di Caprio, semble légèrement en deça mais c'est parce qu'il joue "juste" ce personnage dont le principal défaut est le manque d'envergure.
Il doit être difficile, d'ailleurs, d'endosser ce genre de rôle quand on est ce que l'on appelle en terme si galvaudé de nos jours une "star".
Il faut souligner la composition en second rôle de la grande Kathy Bates (oui, celle de Misery !) en voisine "gentille" et (donc ?) insupportable du jeune couple.
Mendes transcrit formidablement le climat des 50's, faisant immanquablement penser, dans la forme, au très beau film de Todd Haynes "Loin du paradis" qui fait partie de mes 127 films favoris...

Le public parisien (français ? on le saura plus tard) fait un gros succès de ce film qui ne fait aucune concession aux "modes", se contentant d'être émouvant, sincère, prenant, ce qui suffit amplement à mon bonheur.

La diffusion des bandes annonces m'a permis de voir celle du très attendu (par moi également) nouveau film de David Fincher ("Fight club", "Seven", "Zodiac") "L'étrange histoire de Benjamin Button"* avec le très grand Brad Pitt et la non moins grande Cate Blanchett.
Des stars, quoi.

*Le 4 février

lundi 26 janvier 2009


* "Aujourd'hui : rien".
(Louis XVI, le 14 juillet 1789)

samedi 24 janvier 2009

Restrictions sur ordonnance


ENTR'ACTE


Je reviens (sans doute) mardi.

vendredi 23 janvier 2009

Impatience

Le film que j'attends :

video

Home Cinéma ultime




Détails (en anglais)
"PS3 ultimate setup"


Addiction

-Via bottlepets.jp-

L'appel des appels

«Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des réformes hâtivement mises en place ces derniers temps. A l’Université, à l’école, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions. Au nom d’une idéologie de "l’homme économique", le pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue. Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture. Nous appelons à une Coordination nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris.»

jeudi 22 janvier 2009

Mona Lisa

Fin de tâche-tache

Hit Parade



A lire absolument !

« C’est parce que nous sommes nombreux à souffrir votre règne, Sire, que j’ai entrepris de le raconter, afin qu’en demeurent les péripéties et, oserais-je le dire, une manière de trace. La plume m’en tremble entre les doigts, mais Votre Compulsive Grandeur doit comprendre que, selon les lois de la nature et celles de la politique, la pluie succède au beau temps. Voici venue pour Votre Omnipotence la saison des orages. » P. R.

BACH, passionnément.



mercredi 21 janvier 2009

Télérama s'insurge !

L'hebdomadaire, souvent défini comme "catho de (centre) gauche" livre cette semaine une "une" sans compromis :

Et j'applaudis à deux mains sans réserve la bronca des députés PS et PC à l'Assemblée Nationale hier nuit.

Cadeaux pas Bonux

Grâce aux "bons cadeaux" offerts tout récemment, je vais savourer incessamment :



La bio qu'il faut pour écouter les précédents.

Anthony and the Johnsons : j'ai craqué "en écoute" chez la vierge-grand magasin.
A écouter le soir sous une lumière tamisée.

E-vi-dem-ment !

Présidentielle 2012

Toi aussi, deviens le candidat idéal.
Patron :

Les noces rebelles

Sam Mendes, le réalisateur, entre autres, de American Beauty, réunit le couple Di Caprio/Winslet dans Les noces rebelles qui sort aujourd'hui.
Attirant.

video

Alzheimer


Eh bien oui, ça m'aide !

Gardons la forme !

La Symphonie 40

Pour mémoire :



Avec le "Boléro" de Maurice Ravel, "Pour Elise" (la "lettre" à) de Beethoven et deux ou trois autres mélodies galvaudées, le thème principal de cette symphonie fait partie des œuvres qui ont le don de m'irriter.
C'est Lelouch qui me fit passer le désir du premier (ah, la cucuterie kitchissime de la scène "culte" de "Les uns et les autres" ! ).
Pour la seconde, c'est le sort que lui ont réservé de par le monde des millions d'élèves pianistes et le coup de grâce asséné par Richard Clayderman qui sont à l'origine de mon allergie.
Enfin, pour le Mozart qui nous intéresse, sa destinée fut encore plus funeste :
dans les années 70, à l'époque où le "Concerto pour une voix" de Saint-Preux (compositeur contemporain de variétoche en imitation baroque) faisait un tabac dans les juke-boxes, le thème de ce pauvre Wolfie fut "chansonné" et interprété par Les Compagnons de la chanson et Sylvie Vartan (si !).

Me vient à l'esprit une anecdote que me rapporta mon frère Gil :
dans nos relations communes évoluait un "garçon sensible" qui vouait un culte fanatique à l'ex-épouse du chanteur belge (ou suisse, je ne sais plus) Johnny Hallyday.
Entendant sonner un téléphone mobile qui massacrait de sa sonorité numérique le thème de notre W.A.M, il s'exclama, extasié : "Ooooooh ! Sylvie Vartan !".

Ne reculant devant aucune audace, je vous offre, chers lecteurs, la version "Compagnons".
Bon courage !

mardi 20 janvier 2009

Mieux que l'original

video



Terroriste

-via FFFFOUND-

Surprise partie

"I have a dream"

Hier au Lincoln Memorial, lieu du fameux discours de Martin Luther King.
-Photo Gary Hershorn/Reuters-

Truffe

Relevée par l'hebdomadaire Marianne, cette déclaration de Christian Estrosi : "le secrétaire général adjoint de l'UMP et député-maire de Nice a attribué une partie de la victoire d'Obama... à l'action de Nicolas Sarkozy ! Si ça c'est pas la classe américaine !"
Et dire que M.Obama a fait appel, pour le concert festif d'hier, à Stevie Wonder, U2 et Bruce Springsteen, oubliant de faire venir Mireille Mathieu, Gilbert Montagné et Enrico Macias !
Quelle ingratitude !

Jour de joie

video

lundi 19 janvier 2009

Liszt

Qui dit que les français... ?
Ecoutez Chamayou dans Liszt, là, en haut à droite.

Lefebvre inutile

Il y a au moins 2 députés courageux.
Les voici prenant à partie l'inénarrable Lefebvre en représentation devant la caméra de lcdésinfo et tfzéro :


A noter : contrairement au "chapeau" de dailymotion, M.Lefebvre n'est pas député.

Manuel

Son premier "récital", samedi dernier.
C'est filmé (avec les pieds) avec un appareil photo numérique, c'est très court.
Mais prometteur.

video

La Roque d'Anthéron 2009 : c'est officiel !


Le Hameau de la Baume nous accueillera dans deux de ses pavillons.

J'emmènerai en août 2009 des élèves au Festival International de Piano de La Roque d'Anthéron, l'un des plus prestigieux du monde.
Ces élèves privilégiés (car ultra-motivés) vont pouvoir passer une semaine dans ce beau coin de Provence.
Au programme, piano le matin puis activités de plein-air (randonnées, sentier botanique, piscine, sports collectifs) et concerts le soir.
J'ai pris aussi des contacts avec le staff pour que les jeunes puissent rencontrer les pianistes, voire assister aux répétitions.
Génial.

Ambiance nocturne.